Retour / Back


exposition ateliers conférences
partenaires & sponsors
8-16 octobre ///  Hôtel des Sociétés, 11 rue du Président Poincaré, 55100 Verdun - France /// 10H-19H /// Entrée Libre
INTERSCULPT 2016: MODÈLES NUMÉRIQUES DANS L'ART ET LA NATURE

La notion fondamentale de "modèle" intéresse l'art, la science, et la vie quotidienne. Un modèle peut être une création de l’esprit : modèle mathématique, modèle architectural, modèle de voiture ; ou bien une chose existante que l'on observe avec profit : le modèle du peintre et du sculpteur, le modèle biologique pour les technologies qui s'inspirent du vivant (biomimétisme). L'observation conduit bien souvent à la théorie, qui fonctionne avec des modèles. En cette année UNESCO dédiée aux légumineuses, rappelons l'histoire du moine Gregor MENDEL, qui posa les bases de la génétique ...en étudiant les petits pois !

L'adjectif "numérique" peut s'entendre au sens d'origine : relatif aux nombres (par exemple : les proportions dans l'art, le Nombre d'Or dans la Nature, les rythmes et les mesures de la poésie et de la musique), ou bien au sens qu'il a pris récemment: synonyme d'informatique (par exemple: modèle numérique de la croissance des arbres, modèle numérique du climat, modèle numérique d'un terrain, modèle numérique pour la fabrication d'une pièce par usinage ou impression 3D).
INTERSCULPT 2016 : NUMERICAL MODELS IN ART AND NATURE

The fundamental notion of "model" concerns art, science, and everyday life. A model can be a creation of the mind: mathematical model, architectural model, car model; or an existing thing that we can observe fruitfully: the model of the painter and the sculptor, the biological model for technologies that are inspired by the living world (biomimicry). The observation often leads to the theory, that works with models. In this year dedicated to legumes by the UNESCO, we can remember the story of the monk Gregor Mendel, who laid the foundations of genetics ... by studying peas!

The "digital" adjective can be understood in the initial sense: relative to numbers (eg the proportions in art, the Golden Number in Nature, rhythms and measures in poetry and music); or in the sense it has recently taken: synonymous of computing (eg numerical model of tree growth, numerical climate model, numerical model of land, numerical model for making of a piece by machining or 3D printing).

conférences
SAMEDI 8 15H30-16H30 Pr. Jean-Louis FISCHER
Embryologiste, historien de la médecine, membre du Centre Alexandre Koyré

Mendel et le petit pois : les origines de la génétique

A l’origine, la découverte par Mendel des lois de l’hybridité (1865) déterminant d’une façon statistique la dominance ou le récessivité de certains caractères morphologiques. Mendel est arrivé à cette découverte fondamentale pour la biologie et la médecine à la suite de nombreuses expériences qu’il fait avec les pois (une légumineuse). C’est un travail de jardinier. Les scientifiques ne comprendrons les lois de Mendel qu’en 1900 et seront exposées lors d’un congrès international d’hybridation des plantes tenu à New-York en 1902.  C’est  en 1906, lors de la tenue d’un de ces congrès réunissant scientifiques, jardiniers, horticulteurs … c’est à dire des praticiens de la culture, de l’élevage et de l’hybridation (technique pour améliorer  un produit alimentaire ou la couleur d’une fleur …)   que l’organisateur de ces congrès, William Bateson, a désigné cette pratique et les recherches théoriques qui les accompagnent : la Génétique … L’aventure de cette nouvelle science, la science du 20e siècle, tient ainsi ses origines pour une grande part au travail d’amateurs, dans le noble sens du terme, réunis avec des théoriciens …


IS2016 / Jean-Louis FISCHER par intersculpt
16H30-17H30 Jean-Claude VIRLEUX
Ingénieur et sculpteur

Au cœur des cellules, un modèle de la réplication de l'ADN

Au cœur de la matière vivante, la cellule se reproduit par un mécanisme de division. Mais qu'est-ce qui précède cet instant? Et surtout, comment les cellules-filles héritent-elles du bagage génétique de la cellule-mère?
Vous verrez une modélisation simple de ce processus dit de réplication de l'ADN, centrée sur les nucléotides porteurs de l'information génétique et la transformation de la double hélice où ils sont accrochés.
La présentation montrera aussi les étapes de passage du modèle théorique à un modèle concret, palpable et pédagogique, grâce aux outils numériques d'aujourd'hui. ... car modéliser, c'est se représenter ce qu'on ne peut voir directement....


IS2016 / Jean-Claude VIRLEUX par intersculpt
DIMANCHE 9 15H30-16H30 Rémi de MATOS MACHADO
doctorant en géographie à l'université Paris 7 (Denis Diderot) ; préparation d'une thèse portant sur le traitement du LiDAR en forêt de Verdun et ses utilisations en géomorphologie et archéologie.



Quand le laser fait la lumière sur le champ de bataille de Verdun

Bilan et perspective de la mission de télédétection aérienne LiDAR (Light Detection and Ranging) menée en février 2013 sur la forêt domaniale de Verdun.
Le modèle numérique de terrain en 3D révèle l'état du sol du champ de bataille 100 ans plus tard. L'exploitation de telles données permet de mettre en évidence les aspérités du relief engendrées par les combats et les dispositifs de défense aménagés par les soldats.
Outil de prospection, de compréhension pour le géographe, l'historien et l'archéologue, il n'en est pas moins un outil de la gestion quotidienne pour les forestiers.


IS2016 / Rémi de MATOS MACHADO par intersculpt
16H30-17H30 Dominique MIDOT
Ingénieur géologue
Directeur régional Grand-Est du BRGM

Le Référentiel Géologique de la France (RGF). Application au territoire Vosges - Fossé rhénan.

Le Référentiel Géologique de la France (RGF) est le nouveau programme national de connaissance géologique du territoire mis en place par le BRGM.  Prolongement de la carte géologique de la France à 1/50 000, achevée en 2011, le RGF vise à passer d’une information scientifique en deux dimensions à une représentation multi-échelles de la connaissance géologique de la France en trois dimensions, voire quatre en intégrant la dimension temporelle. La région Alsace a été choisie pour constituer le démonstrateur, car il s’agit d’un territoire de surface restreinte, bien documenté grâce aux nombreuses recherches qui y ont été conduites récemment.
Un an et demi auront été nécessaires pour mettre au point le démonstrateur RGF. Son élaboration a fait appel à une double démarche :
- le traitement des données géologiques du territoire Vosges-Fossé rhénan en vue de leur intégration dans le RGF,
- la conception d'une base de données dédiée.

A moyen terme, une interface de consultation et l'ensemble des outils de traitement et de valorisation des données (extraction, gestion) seront également mis au point.


IS2016 / Dominique MIDOT par intersculpt
LUNDI 10 15H00-16H00 Dr. Dominique AUBERT
Astrophysicien,
Maître de Conférences à l' Université de Strasbourg, chercheur à l'Observatoire Astronomique de Strasbourg

L’Univers dans un super-calculateur

Depuis 50 ans, les astrophysiciens utilisent la puissance sans cesse grandissante des ordinateurs pour comprendre la physique à l’oeuvre dans l’espace. Grâce aux super-calculateurs, on est capable aujourd’hui de suivre les actions conjointes de la gravitation, de la dynamique des fluides, de la physique du rayonnement et des processus stellaires au cours des 13.5 milliards d’années d’évolution de l’Univers. En particulier, ils permettent de comprendre comment les grandes structures de l’Univers, les galaxies et les étoiles se mettent en place depuis le Big Bang jusqu’à nos jours.

En fournissant des histoires synthétiques de la matière dans le cosmos, les modèles produits par ces machines permettent d’améliorer notre compréhension des processus physiques, de prédire ce qui doit être observé et de tester nos théories. Nous décrirons les outils développés par les astronomes au cours des décennies précédentes, les succès qui ont été obtenus et les obstacles qui restent à franchir.


IS2016 / Dominique AUBERT par intersculpt
MARDI 11 15H00-16H00 Dr. François APÉRY
mathématicien,
Maître de conférences émérite,
Université de Haute-Alsace,
Institut Henri Poincaré

Modèles mathématiques : de beaux objets

La collection de modèles mathématiques de l'Institut Henri Poincaré a connu des fortunes diverses depuis la deuxième moitié du 19ème siècle.
Si ces objets ont une vocation pédagogique et d'aide à la recherche, ils ont aussi inspiré les artistes, et parfois même des considérations esthétiques ont eu des conséquences mathématiques.


IS2016 / François APERY par intersculpt
MERCREDI 12 14H-18H Le Numérifab

Porte ouverte du FabLab de Bras/Meuse
16H00-17H00 Dr. Marc JAEGER
Informaticien, chercheur au CIRAD à l’unité de modélisation de l’architecture des plantes (AMAP) et chercheur associé du groupe  image (LIRMM-ICAR) de l’université de Montpellier

Formes et structures dans la nature en équations : le cas de l’architecture des plantes

Les structures dans la nature et leurs évolutions modèlent des formes que l’homme n’a cessé de décrire, cherché à comprendre et à reproduire. La forme peut être abordée via une approche descriptive, tel un peintre devant son modèle et sa toile ; la forme peut être aussi abordée comme une causalité, à l’image d’un jeu de construction.  Dans les 2 cas, de nombreux formalismes mathématiques (équations, ...) ou informatiques (images / grammaires, ...) peuvent être employés. Chez les végétaux, la structure est appelée architecture. Nous montrons que sa description, sa modélisation et sa simulation 3D peut être appréhendée par une approche organisée, constructive à partir d’un élément botanique simple (l’entrenœud et sa feuille), en suivant des règles propres à chaque espèce. L’environnement (température, eau, lumière,..) va interagir dans cette construction  en modulant la taille des organes formés, leur présence et leur durée de vie. Les modèles mathématiques et informatiques permettent aujourd’hui de décrire, quantifier et reproduire cette dynamique pour reconstruire la plante en 3D donc prévoir sa forme mais aussi sa production dans de nombreuses conditions de cultures.


IS2016 / Marc JEAGER par intersculpt

17H00-18H00 Emmanuel CLAISSE
professeur agrégé de mathématiques, lycée Margueritte, Université Lorraine, Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy


Histoire de la perspective ou comment les peintres ont représenté l'espace avant et pendant la Renaissance

Cette conférence est liée à l'exposition "histoire de la perspective avant et pendant la Renaissance" présentée à l'hôtel des Sociétés.
Vouloir représenter l'espace est une activité complexe pour laquelle les artistes et les géomètres ont été amplement associés.  Nous expliquerons les nombreux obstacles liés à la représentation en dimension deux de l'espace avant la Renaissance. Puis, nous détaillerons les étapes majeures d'invention des instruments ainsi que des règles de perspective centrale par les peintres de la Renaissance. Enfin, nous aborderons également les artistes devenus virtuoses de la perspective et qui ont pu en jouer.



IS2016 / Emmanuel CLAISSE par intersculpt
JEUDI 13 15H00-16H00 Dr. Fabienne-Eva WOLFF
Professeur de Sciences pour la restauration des œuvres d'art, écrivain et poète

L'art dans le chaos et vice versa

Diverses façons d'aborder le chaos existent dans l'art, suivant l'optique d'un artiste, d'un historien ou d'un scientifique.
Ainsi le chaos est une thématique récurrente dans l'univers de l'art pictural décrivant l'Enfer ou l'Apocalypse.
Les autodafés d'œuvres d'art furent la preuve du chaos des esprits en des temps d'obscurantisme.
Les relations entre art et chaos deviennent plus complexes dès que la science y intègre ses techniques d'analyse.
Le chaos est alors vu comme une désagrégation. Les œuvres s'usent, s'écaillent, se fissurent, se craquellent, tombent en morceaux jusqu'à disparaître. Du côté des sciences, on considère l'impact du chaos dans la théorie des catastrophes, les degrés de désordre en mécanique des fluides, l'effet papillon, l'entropie en thermodynamique, ...au bout du compte le chaos est la fin d'un monde construit, peut-être la fin de notre monde planétaire quand le soleil terminera son existence.
Avant de nous terroriser sous toutes ses formes, le chaos peut-il être théorisé?


IS2016 / Eva WOLFF partie 1 par intersculpt


IS2016 / Eva WOLFF partie 2 par intersculpt
VENDREDI 14 18H00-19H00 Dr. Patrick SAINT-JEAN
Maître de conférence émérite à l'ENS, biologiste et mathématicien, spécialiste en design, création et Nouvelles Technologies

Le Théorème de la Soupe de Légumes : un modèle de vulgarisation du relationnel de la diversité à l’échelle humaine

Depuis des siècles les Lumières nous éclairent mais la vrai Révolution des modèles n’est pas encore aboutie.
Trop parfaits, trop géniaux, ils ne s’adaptent pas à la Nature, au vivant, à l’Être humain sans exclure l’autre si ce n’est de se l’approprier.
Pourtant la création et les nouvelles technologies nous poussent sans cesse à l’innovation dans la collaboration mais aussi dans la coopération, mais trop de différences nous conservent bien volontiers dans notre habitus identitaire sans remarquer qu’il y a plus de richesse en soi et de richesses multiples et polyverselles dans la diversité que dans la seule identité. C’est la faute à Voltaire ? Non, ni à Rousseau. C’est la faute aux modèles ! Modèle identitaire, modèle disciplinaire, modèle universelle, modèle totalitaire ou globalitaire que nous ont  légués Leibniz ou Pascal. Non pas qu’ils ne soient pas géniaux, mais ils ne suffisent plus à notre entendement et méritent d’être inclus dans de nouvelles Lumières plus actuelles.  Si le fonctionnel et le structurel nous imposent souvent des contraintes physiques donnant des modèles très rigides (sciences dures), le relationnel nous ouvre plus souvent dans des degrés de liberté (-égalité-fraternité) plus souples et plus plastiques, favorables à une meilleure adaptativité aux difficultés naturelles et humaines auxquels les modèles mathématiques peuvent coopérer.


IS2016 / Patrick SAINT-JEAN par intersculpt
SAMEDI 15 15H30-16H30 Dr. Francesco De COMITÉ
Maître de conférences en Informatique,
Université de Lille, Sciences et Technologies

Imiter la nature pour la comprendre

Certaines formes naturelles sont attirantes par leur complexité, derrière laquelle on devine un ordre, un 'programme' finalement très simple. C'est le cas des radiolaires, petits organismes marins remarquables par leur squelette siliceux, ou des coquillages, variations de formes spiralées. Peut-on écrire des programmes simples et courts reproduisant leur structure ?
Peut-on ainsi retrouver comment l'ADN de ces créatures engendre leur structure ?



IS2016 / Francesco De COMITE par intersculpt
16H30-17H30 Jean-Marc SAUTEREAU
Agrégé de l'Université de Paris, professeur de biologie et de géologie.

Nous ne sommes pas seuls dans l'Univers

La vie sur notre Terre  est certainement apparue à plusieurs endroits en même temps.
Il en est de même sur les planètes de type Terre appelées exoplanètes .
Vous verrez comment des vies différentes de celle de notre Terre  peuvent s'organiser  parmi  les milliards d'exoplanètes qui existent dans notre Univers.


IS2016 / Jean-Marc SAUTEREAU partie 1 par intersculpt


IS2016 / Jean-Marc SAUTEREAU partie 2 par intersculpt
DIMANCHE 16 15H-15H30 Patrick VISENTIN
Studio Arts, Print Media Department, Concordia University, Montréal, Québec, Canada.

Modèles biologiques et art numérique

L'infinie diversité des formes du monde naturel constitue la source d'inspiration pour ma création artistique. L'impression 3D est le catalyseur qui me permet de combiner les méthodes traditionnelles de production de l'art avec les technologies numériques de pointe, et de réaliser un travail qui ré-envisage le monde naturel comme un univers personnel. Il me permet de créer une biofiction qui interroge d'autres mondes, d'autres galaxies, et donne une voix à ce qui défie la quantification et la compréhension ... ce que seul l'art peut faire.


IS2016 / Patrick VISENTIN par intersculpt
15H30-16H00 Pr. Mary VISSER
Sculpture, 3D modeling, and art history,
Southwestern University, Georgetown, Texas, USA.
Vice-Présidente d' ARS MATHEMATICA

What Things May Come: 3D Printing in the Fine Arts and Sciences. Des choses qui peuvent advenir: l'impression 3D dans les Beaux-Arts et les Sciences.

Il y a vingt ans, l'idée d'une "bio-impression 3D" des parties du corps humain  semblait être de la science-fiction. Maintenant, la chose est réalisée avec une ampleur toujours plus grande, en même temps que l'utilisation de l'impression 3D pour faire de la sculpture, des instruments de musique, et même pour remplacer des morceaux de récifs coralliens endommagés - un processus qui devrait normalement prendre des milliers d'années.
Je crois que la technologie de l'impression 3D propose des solutions que l'on n'a pas encore commencé à explorer. Bien que la technologie soit simple dans son concept, elle est évolutive dans ce qu'elle offre. L'idée que des parents, après une conversation avec leur enfant, puissent imprimer sa main manquante, en adéquation exacte avec leur idée de ce que doit être cette main, cette idée est pour moi la plus extraordinaire.
Au printemps de 2015, j'ai organisé le 37e Brown Symposium, rendez-vous annuel, qui s'est tenu à la Southwestern University au Texas, États-Unis - “What Things May Come: 3D Printing in the Fine Arts and Sciences” ( Des choses qui peuvent advenir: l'impression 3D dans les Beaux-Arts et les Sciences). J'ai voulu un symposium dédié aux manières dont l'impression 3D est en train de changer les domaines de la sculpture, de la musique et de la médecine régénérative. En tant que pionnière dans le champ d'application de l'impression 3D à la sculpture, mon objectif pour ce colloque était de montrer non seulement comment cette technologie de Fabrication Additive est utilisée maintenant, mais aussi comment elle pourra avoir une incidence sur nos vies dans l'avenir.
Je vais parler de la façon dont l'impression 3D est en train de changer la manière dont les gens pensent, et envisagent des solutions créatives à toutes sortes de problèmes. Dans cette présentation, je choisirai de mettre l'accent sur la sculpture parce notre discipline a la plus longue histoire en rapport avec les technologies 3D. Mais il y a quelques idées émergentes remarquables dans la musique et la médecine régénérative, dont je veux discuter parce que des solutions étonnantes et nouvelles sont déjà proposées dans ces domaines. Une grande partie du battage médiatique autour de l'impression numérique 3D a été jusqu'à présent axé sur des objets plutôt banals; pas sur les solutions ou la pensée créative qui se développent en amont de la fonction de l'objet. Ce dont je veux débatre, c'est comment l'impression de choses que nous ne pensions pas possible à réaliser, vont et sont déjà en train de changer ces trois disciplines, d'une manière analogue bien que différente. Leur point commun est un langage certes basé sur les mathématiques et la géométrie, mais qui exprime en lui-même une poésie.


IS2016 / Pr. Mary VISSER par intersculpt
16H00-16H15 James HUTCHINSON
Maître de Conférences en Beaux-Arts à l'University of Sunderland, artiste multimédia


3D Glitch

Une brève présentation en images de l'exposition 3D Glitch, imaginée par James HUTCHINSON, et qui parcourt le Royaume-Uni, avant de partir en Croatie début 2017. En français le mot "glitch" signifie "pépin", au sens de problème accidentel.


IS2016 / James HUTCHINSON par intersculpt
16H15-17H00 Christian LAVIGNE
Président d'ARS MATHEMATICA,
co-fondateur d'INTERSCULPT,
écrivain, pionnier et historien de la cybersculpture

Pour une Nouvelle Renaissance – le projet CREATRON

Lors de la Renaissance, en Europe, l'on voit que l'artiste, l'ingénieur et le savant, ou bien dialoguent, ou bien ne font qu'une seule et même personne. Les ateliers sont sources d'innovations. L'ère numérique nous donne l'opportunité de retrouver dans la recherche, scientifique ou artistique, une pluridisciplinarité féconde pour tous : la spécialisation excessive des esprits a montré ses limites. Ars Mathematica propose l'établissement d'un lieu de "sérendipité" le CREATRON – Centre de Ressources en Art Technologie et Recherche des Objet Numérique.


IS2016 / Christian LAVIGNE par intersculpt
16H30-16H45 PAUSE / BREAK
17H45-18H30 Dr. Jean-Claude ANDRÉ
Membre de l’Académie Lorraine des Sciences, Directeur de Recherche et  Conseiller Scientifique auprès de la Direction du CNRS, co-inventeur de la Fabrication Additive ou "Impression 3D"

L'Homme sera-t-il capable de faire mieux que la Nature par le bio-printing ?

Le bio-printing appartient à l’ingénierie du vivant ou à la bio-ingénierie, qui intègre les sciences physiques, chimiques, mathématiques, ainsi que les principes d’ingénierie pour étudier la biologie, la médecine, les comportements et la santé : il vise la fabrication d’organes vivants. Le but ultime du bio-printing est le suivant : les cellules positionnées dans l’espace doivent s'organiser, migrer et se différencier de manière autonome pour former les tissus fonctionnels souhaités. « L’intelligence » du procédé doit aider les processus d’auto-organisation cellulaire qui se produisent naturellement au cours de l’embryogénèse, du développement ou encore lors du remodelage tissulaire.
La complexité du système est réelle, mais certains succès émergent, posant des questions scientifiques, médicales et éthiques qui, avec des rappels sur le bio-printing, seront évoqués.


IS2016 / Jean-Claude ANDRE par intersculpt
18H30-19H00 Débat de conclusion


ateliers
Les artistes présents dans l'exposition accueilleront le public pour l'informer et lui proposer des démonstrations sur le thème de la 3D.

En complément, M. et Mme CLAISSE, professeurs de mathématique au Lycée Margueritte, à Verdun, proposeront une exposition interactive sur le thème "histoire de la perspective ou comment les peintres ont représenté l'espace avant et pendant la Renaissance", associée à des manipulations (fenêtre de Dürer, Camera Oscura). Enfin, des ateliers scientifiques seront animés par des professeurs du lycée Margueritte.
Imprimantes 3D Logiciels de création 3D
Pour les groupes scolaires : accueil sur réservation
Scanners 3D Images en relief 07 77 49 99 71 sg@arsmathematica.org


exposition
Les oeuvres exposées proviennent essentiellement de la Collection Ars Mathematica : sculptures numériques réalisées depuis le début des années 90 par les meilleurs pionniers internationaux de cette nouvelle discipline...qui n'ont pas attendu la mode actuelle des imprimantes 3D ! D'autres oeuvres nous sont directement prêtées par les artistes. Nous remercions aussi la Bibliothèque d'Etude de Verdun pour le prêt de certains ouvrages anciens.

Commissaires d'exposition (curators) : Christian LAVIGNE et Mary VISSER.

Par ailleurs, la partie consacrée à l'histoire de la perspective a été pensée et réalisée par M. et Mme CLAISSE, professeurs agrégés de mathématiques.
artistes exposés
  • J-C ANDRÉ + A. LE MEHAUTÉ (FR)
  • Raymond ASCHHEIM (FR)
  • Pierre BÉZIER (1910-1999) & son équipe (FR)
  • Keith BROWN (UK)
  • Jérémie BRUNET (FR)
  • Brit BUNKLEY (NZ)
  • Philippe CHARBONNEAU (FR)
  • Jean-Claude CHARPIGNON (FR)
  • Dan COLLINS (USA)
  • Francesco DE COMITÉ (FR)
  • Stewart DICKSON (USA)
  • Jean-Louis FISCHER (FR)
  • Herbert W. FRANKE (DE)
  • GABO (Gabriele Dal DOSSO) (IT)
  • George HART (USA)
  • Paul HIGHAM (UK-USA)
  • James HUTCHINSON (UK)
  • Christian LAVIGNE (FR)
  • Salvatore MUSUMECI (IT)
  • Mary NEUBAUER (USA)
  • Patrick SAINT-JEAN (FR)
  • Jean-Marc SAUTEREAU (FR)
  • Alvin SHER (USA)
  • Robert SMITH (USA)
  • Susana SULIC (AR + FR)
  • Elona VAN GENT (USA)
  • David VAN NESS (USA)
  • Jean-Claude VIRLEUX (FR)
  • Patrick VISENTIN (CA)
  • Mary VISSER (USA)
  • Alexandre VITKINE [1910-2014] (FR)
  • Andrew WERBY (USA)
  • Laura WEST (USA)
  • Corinne WHITAKER (USA)
  • Derrick WOODHAM (USA)


reportage photo

Entrée de l'Hôtel des Sociétés, à Verdun, Lorraine, France.



Conférénce du Pr.
Jean-Louis FISCHER
-
samedi 8 octobre
idem

  Conférence de
Jean-Claude VIRLEUX
-
samedi 8 octobre

idem

Vitrine et poster:
oeuvres de Jean-Claude VIRLEUX.
Vitrine:
portrait et oeuvres d'Alexandre VITKINE
(co-fondateur d'Ars Mathematica)
- en bas à gauche: oeuvre d'Herbert FRANKE
- en bas à droite:
oeuvre de Pierre BEZIER + Henri LAGRANGE

Vue générale de l'exposition
Oeuvres de Philippe CHARBONNEAU

Poster de Patrick SAINT-JEAN.

.Vitrine:
- en haut, oeuvres de P. SAINT-JEAN
- en bas: oeuvres de Paul HIGHAM
Vitrine:
- en haut: oeuvres de Mary VISSER
- en bas: oeuvres de Patrick VISENTIN, Keith BROWN, Corinne WHITAKER, Alvin SHER, Susana SULIC.
Vitrine: oeuvres de James HUTCHINSON, Derrick WOODHAM, Dan COLLINS, Robert SMITH, Elona Van GENT, Brit BUNKLEY.

En bas: "Glénien" imaginé par Jean-Marc SAUTEREAU.
"Gléniens" imaginés par Jean-Marc SAUTEREAU
Vitrine:
- en haut: oeuvres de Francesco De COMITÉ
- en bas: oeuvres de Stewart DICKSON, George HART, Jérémie BRUNET.
Vue générale de l'exposition.
Table de l'imprimante et du scanner 3D.

Numérisation 3D avec le scanner Artec EVA.
En chemise blanche: le Dr. Jean-François BONNET, "Monsieur Multimédia" de l'association Ars Mathematica.

Remerciements à la société Boreal3D.
Dispositif à tracer les perspectives centrales,
réalisé par Emmanuel et Emmanuelle CLAISSE
(sur la photo: Emmanuelle).

Oeuvres en bois tourné et sculpté, par Jean-Claude CHARPIGNON
(cybersculpture programmée analogique).
Inauguration:
à gauche M. Samuel HAZARD, maire de Verdun; au centre Christian LAVIGNE, Pdt d'AM; à droite au fond M. Julien DIDRY, Président du Pays de Verdun.
Explication de l'Alioscopy, système de visualisation en relief sans lunettes, inventé et breveté par le français Pierre ALLIO.
Nos remerciements à la société Alioscopy.

Idem
Patrick SAINT-JEAN (de dos) explique le fonctionnement du casque de "Réalité Virtuelle" Oculus.


M. le Maire de Verdun se fait numériser le visage par une jeune fille branchée...qui apprend vite le numérique !


L'artiste italien Gabo montre son "Cubo di Gabo", sorte de ruban de Moëbius qui se transforme en cube.

Emmanuel CLAISSE, professeur de mathématiques, présente son exposition sur l'histoire de la perspective.
Coup d'oeil sur l'écran stéréoscopique ...avec lunettes.

Petit discours de Christian LAVIGNE, Président d'Ars Mathematica.

Discours de M. Julien DIDRY, Président du Pays de Verdun, soutien et co-organisateur de l'événement.
Le Pays de Verdun se tourne vers les usages du numérique.
C. LAVIGNE,
J. DIDRY,
E. CLAISSE
.
Vitrine des oeuvres de Christian LAVIGNE

idem
Vitrine des oeuvres de Salvatore MUSUMECI, Laura WEST, Andrew WERBY, Mary NEUBAUER, Gabo.

Posters er vitrines de l'histoire de la cybersculpture.

Nos remerciements à la Bibliothèque d'Études de Verdun et à son équipe, pour les livres anciens et les vitrines.








Conférence de Rémi de MATOS MACHADO
-
dimanche 9 octobre
idem

Scanners et imprimante 3D.
Gabo et P. SAINT-JEAN à la manoeuvre.
Au premier plan: sculptures de C. LAVIGNE


Sculpture interactive avec le capteur Leapmotion

Scan 3D, avec Gabo


Essais de l'Oculus et d'autres casques de RV, avec le Dr. Patrick SAINT-JEAN, Secrétaire Général d'Ars Mathematica.
Conférence de Dominique AUBERT
-
lundi 10 octobre

idem
À côté de l'exposition Ars Mathematica:
la salle de jeux mathématiques
organisée par M. et Mme CLAISSE
professeur au Lycée Margueritte de Verdun




Conférence du Pr. François APÉRY
-
mardi 11 octobre
idem

Une assistance jeune et attentive.

Merci aux nombreux collèges et lycées qui sont venus nous voir.
Une autre expérienc interactive

Conférence du Dr. Marc JAEGER
-
mercredi 12 octobre
idem

Conférence d'Emmanuel CLAISSE
-
mercredi 12 octobre
idem

Notre Vice-Présidente américaine, la Pr. Mary VISSER
C. LAVIGNE et M. VISSER

Conférence du Dr. Eva WOLFF
-
Jeudi 13 octobre
idem

Jea-Philippe TRAMONTIN, Chargé de Mission au Pays de Verdun, teste l'Oculus.

Nous remercions Jean-Philippe pour son aide et son travail.
Mary VISSER et Patrick SAINT-JEAN

Conférence du Dr. Patrick SAINT-JEAN
-
vendredi 14 octobre
idem




Conférence du Dr. Francesco de COMITÉ
-
samedi 15 octobre
idem

Conférence de Jean-Marc SAUTEREAU
-
samedi 15 octobre
idem

Conférence de Patrick VISENTIN
-
dimanche 16 octobre
idem

Patrick VISENTIN présente une de ses impressions géantes, par bois gravé au laser, à Monique et Jean-Claude ANDRÉ.
Conférence du Pr. Mary VISSER
-
dimanche 16 octobre


idem
idem

Les 3 grâces attentives, version blue-jean.
Les enfants aiment la "Réalité Virtuelle"...ou plus exactement les images stéréoscopiques interactive en relief.

Courte présentation de l'exposition 3D Glitch par son organisateur, James HUTCHINSON
-
dimanche 16 octobre
idem


C. LAVIGNE numérise en 3D la tête de Patrick VISENTIN...

...et voilà le résultat.
Conférence de Christian LAVIGNE
-
dimanche 16 octobre
idem

idem
Conférence du Dr. Jean-Claude ANDRÉ,
co-inventeur de la Fabrication Additive (en 1984).

idem
idem

idem
La conférence de Jean-Claude ANDRÉ sur le bioprinting
soulève beaucoup de questions...

...avec des réponses entre inquiétude et humour.

fin de la manifestation:
tout le monde est emballé !

Merci à Mary pour son soin à ranger les oeuvres.





reportage vidéo (en 2D et en stéréoscopie)

IS2016-PdV par intersculpt


IS2016-720pAnaglyphes par intersculpt


IS2016-1080pSideBySide par intersculpt

partenaires et sponsors
Nous remercions vivement les institutions, les entreprises et les personnes qui nous ont aidé à préparer (et/ou qui participent à) cette manifestation.



...et M. Dominique MENARD, boulanger de Dombasle-en-Argonne, un ami et un voisin bien serviable !


 > back / retour <